Yi Sung Yol

Effectuons une nouvelle incursion dans le monde de la musique indépendante coréenne, cette fois-ci du côté rock de la force !

Zoom sur Yi Sung Yol, pilier du pop-rock coréen.

Qui est Yi Sung Yol ?

Yi Sung Yol est un chanteur et compositeur coréen actuellement signé chex Fluxus et dont les chansons ont régulièrement orné les bandes originales de dramas et de films. Bien qu’il ait commencé sa carrière dans un groupe, dans les années 90, c’est sa carrière solo qui l’a fait connaître du grand public à partir du milieu des années 2000 et sa collaboration avec Clazziquai pour la chanson “Be My Love”, chanson thème du drama phare “My Name is Kim Sam Soon”. Son style pop-rock est souvent comparé à celui de U2, probablement en raison des similarités qu’on peut trouver entre la voix de Yi et celle de Bono, toutes deux douces mais légèrement rauques et voilées. Cette voix, particulièrement adaptée aux ballades rock, est devenue la signature de Yi Sung Yol, et transforme la moindre de ses chansons en expérience auditive. Sa reprise de “Nobody” des Wonder Girls a d’ailleurs montré qu’il était capable d’entièrement changer la saveur d’une chanson K-Pop, en la remaniant à sa sauce, en acoustique.

Yisungyol_3

U&ME BLUE

Si Yi Sung Yol était un objet, ce serait un blouson de cuir tanné et bonifié par le temps. Car si on le connaît mieux depuis le début de sa carrière solo en 2003, c’est au début des années 90 qu’il entre pour de bon dans le monde de la musique. Avec son ami Bang Joon Seok, qu’il a rencontré durant ses études aux États-Unis, ils écrivent et composent à leurs heures perdues. Leurs chemins se séparent après avoir décroché leurs diplômes, mais le désir de faire carrière dans la musique reste vivace, malgré l’opposition de leurs parents. Il faudra un peu de temps à Bang Joon Seok avant de trouver une excuse pour retourner en Corée et ainsi retrouver son partenaire de longue date. À nouveau réuni, le duo envoie des démos à toutes les maisons de disques. Leurs efforts payent : en 1993, ils sont signés par Song Studios sous le nom de U&ME BLUE. À l’époque, les deux albums qu’ils sortent n’arriveront à atteindre qu’une notoriété limitée, restant dans le cercle très restreint du rock underground. Le succès de U&ME BLUE ne viendra qu’après le succès solo des deux artistes, les amateurs redécouvrant leurs œuvres précédentes. Aujourd’hui, les versions originales de ces deux albums se vendent à des prix exorbitants. Mais à l’époque, Yi Sung Yol, découragé, retourne à une vie anonyme après la séparation du groupe en 1997.

Yisungyol_1

Un retour en solo

Le démon de la musique ne quitte jamais totalement l’esprit d’un ancien passionné. Deux ans après la fin de U&ME BLUE, Yi Sung Yol reprend l’écriture et la composition. Au bout d’un an, il en est sûr : il veut retenter sa chance. Mais sorti du circuit, sans aucun moyen de se faire produire, il envisage même de poster ses chansons sur Internet, en accès gratuit. Au pied du mur, il reçoit un coup de pouce du destin : de retour aux États-Unis, il recroise la route du directeur de Song Studios, qui lui propose de signer un contrat en solo. Après quelques années à travailler sur ses démos, l’ingénieur principal de Song Studios entre chez un autre label, Fluxus Music, où il commencera finalement sa carrière solo. En 2003, il sort son premier album solo, avec le single “Secret”. Ce retour en solo marque l’âge de la maturité musicale de l’artiste. Des chansons plus contemplatives et abstraites, des paroles recherchées : Yi reconnaît avoir à présent un goût de l’écriture, de la poésie et de la nuance plus prononcé qu’à l’époque de U&ME BLUE. Une maturité qui explose dans son second album, “In Exchange”, sorti en 2007 et qui a nécessité deux ans de travail.

Yisungyol_2_photo by wook kim

La vie comme muse

In Exchange” et “Why We Fail”, son troisième album sorti en 2011, révèlent les sources d’inspiration récentes de Yi Sung Yol. Il puise les thèmes de ses chansons dans tous les aspects de sa vie personnelle, et dans l’observation de la société qui l’entoure. Ayant vécu plusieurs fois à l’étranger au cours de sa vie, ce sont les changements dramatiques qu’il a constatés à chacun de ses retours en Corée qui alimentent ses chansons. Le ton torturé des débuts a laissé place à un regard tendre et parfois mélancolique sur son pays, qui correspond à la stabilité personnelle et professionnelle qui s’est installée dans sa vie. Yi Sung Yol a vécu, et partage ses souvenirs et les leçons qu’il a apprises, calme tel un homme qui, apaisé, a finalement compris quel était le sens de sa vie. Ce sont ces leçons et ce regard qu’il choisit de partager dans ses chansons. En posant un regard tendre sur un détail que l’on ne remarque bien souvent pas ou prenant du recul sur la vie, les paroles de ses chansons sont bien souvent recherchées et contemplatives. Il n’est cependant pas nécessaire de comprendre le coréen pour apprécier l’étendue du talent de Yi Sung Yol : ses mélodies sont aussi efficaces que ses textes sont poétiques. La douce mélancolie qui glisse sur ses accords et la légère langueur dans sa voix sauront véhiculer les émotions que les mots seuls ne peuvent transmettre.

Yisungyol_4_photo by seongho jo

Un artiste modeste et inspiré

La musique de Yi, selon ses propres mots, ne peut pas se résumer à quelques mots posés sur une mélodie : elle est plus profonde, comme une expression de lui-même. Il transmet ses chansons comme on chante une berceuse à un être cher : son œuvre est personnelle. Il ne se définit pas comme une célébrité. Cela peut paraître paradoxal, venant d’un membre du show business. Il n’est toutefois pas un artiste comme les autres : il est une de ces personnes modestes, dont la musique est un moyen d’expression naturel, et pour qui se voir à la télévision ou s’entendre à la radio ne suscite que de l’embarras. Cette modestie l’a protégé toutes ses années des pièges de la célébrité, et lui a permis de ne pas se soumettre à l’industrie de la musique et de garantir son intégrité. Pour ces raisons, il se consacre presque exclusivement à la musique et les concerts, et ne participe que peu au jeu de la célébrité. Il est alors compréhensible que la notoriété de Yi Sung Yol n’ait pas atteint l’aura internationale des plus populaires artistes de K-Pop, puisque lui-même n’a pas l’intention de jouer dans cette cour, et que sa musique et son âge n’attirent pas forcément un public jeune. Pour autant, je ne saurais que trop vous conseiller de vous attarder sur cet artiste intemporel. Les textes profonds de Yi Sung Yol sont autant de témoignages précieux sur l’évolution de la société coréenne. Sa musique transcende les catégories ; sa voix et ses mélodies, au-delà des mots, sauront vous inspirer et vous émouvoir. Découvrez-le sans plus attendre, via ses deux derniers albums chez Fluxus, “In Exchange” et “Why We Wait”.