Yamamoto Yusuke

Après un automne décevant cette année, rien ne vaut un peu de nouveauté pour pimenter la fin d’année ! Adieu les plages lointaines et leur sable fin et bonjour la routine des classes bruyantes, des bureaux fermés et des transports bondés. Alors, histoire de vous mettre un peu de baume au cœur, je vous propose de mieux connaître celui qui fait parler de lui depuis quelques années, l’acteur Yamamoto Yusuke. Vous l’avez sûrement aperçu au détour d’un drama, mais que diriez-vous d’en apprendre un peu plus ?

山本裕典 宣材写真(サイズ変更)

Être humain tout d’abord

 

Les stars sont admirées et admirables mais avant d’être sous le feu de la rampe, ces personnes ont commencé par être des gens comme vous et moi. Yamamoto Yusuke ne fait pas exception à la règle. Ce jeune homme, âgé aujourd’hui de 23 ans, voit le jour dans la préfecture d’Aichi au Japon le 19 janvier 1988. Jusqu’à la fin de son adolescence, il mène une vie tranquille, comme tout un chacun. Fan de Masaharu Fukuyama, son sport favori est le football. Même si ce n’est pas le loisir numéro un au Japon, autant dire qu’il n’y a rien d’extraordinaire.

Mais un jour, il décide de prendre sa vie en main et de se lancer dans le métier qui lui plaît. En 2005, alors âgé de 17 ans, il remporte le concours JUNON Super Boy. Commence alors sa carrière de mannequin. Bien qu’il continue un peu ses études (il est diplômé en anglais, l’équivalent d’un bac + 3 en France), c’est au mannequinat qu’il se consacre. Ce qui n’est pas étonnant. Outre son physique agréable, il est à noter que l’homme mesure 1 m 80 ! Pour un japonais, on ne peut pas dire que ce soit habituel. Embauché par Ever Green Entertainment, il ne lui faudra finalement qu’une année pour développer son domaine d’action et se lancer dans une carrière d’acteur parallèlement à sa carrière de mannequin.

0002_1280

Vie sur le petit écran

En 2006, il obtient son premier rôle dans « Kamen Rider Kabuto » aux côtés de Mizushima Hiro et Sato Yuki. Le drama plaît bien au public mais soyons honnêtes, la vraie révélation a lieu l’année suivante. En 2007, il apparait dans pas moins de six séries différentes. Iryu, saison 2, Oniyome Kikki, My Fair Boy, Puzzle, Himitsu no Hanazono mais surtout, l’incontournable, le cultissime, celui que vous connaissez tous, le drama où l’on peut retrouver un casting phénoménal composé de Shun Oguri, Mizushima Hiro, Ikuta Toma ou encore Horikita Maki, je veux, bien entendu, parler de Hanazakari No Kimitachi E.

Vous vous souvenez ? Une jeune fille est amoureuse d’un sportif, athlète de haut niveau dont la spécialité est le saut en hauteur. Elle va le rejoindre au Japon car il ne pratique plus et elle se travestit pour le rejoindre dans un lycée pour garçons. Si Shun, Toma ou Maki restent les personnages incontournables de cette série, Yusuke ne passe pas inaperçu. Le « garçon qui voit les auras » enchante le public qui ne l’oublie pas malgré son rôle secondaire.

image couverture 3

Incontournable Yusuke

Et c’est le déclic ! Dès lors, il cumule les rôles. Nous en retiendrons certains plus que d’autres mais finalement ses performances sont toutes aussi réussies. En 2009, il nous éblouit tout d’abord dans « Rescue ». Avouez que la tenue de sapeur pompier lui va comme un gant !

Mais s’il faut choisir un rôle phare pour cette année-là, il est clair que sa prestation pour le personnage de Masaru Okura dans « Atashinchi No Danshi » est de loin la meilleure de toutes. Cette fois-ci, le surnaturel n’entre pas en ligne de compte bien que la vie des héros soit complètement surréaliste. Un homme, Okura Shinzo, a 7 fils et se marie avec Mineta Chisato, une femme endettée et beaucoup plus jeune que lui. Lorsque Shinzo décède, elle doit s’occuper des garçons sous peine de devoir rembourser une dette faramineuse. Yusuke Yamamoto interprète l’un des sept un peu étrange. Mannequin très populaire auprès de la gent féminine, il a la phobie du sexe faible. C’est assez problématique lorsqu’on est au top de la gloire. Touchant et attendrissant sont les mots qui viennent à l’esprit lorsqu’on observe sa performance.

IMG_6528

Mais ce n’est pas tout. En 2010, il ira bien plus loin dans la qualité. Beaucoup se souviennent probablement de sa performance dans « Tumbling », il en a sûrement surpris plus d’un avec ses cheveux rouges. Lycéen à problèmes, il trouve son accomplissement dans la gymnastique rythmique en équipe.

Splendide Yusuke

Mais pour être franc, tout cela n’est pas comparable avec le moment d’émotion qu’il nous offre dans « Rinne No Ame ». Nous le retrouvons ici dans le rôle de Minami Kohei, grand frère de Shuhei, un garçon handicapé, atteint d’une grave déficience mentale. Une mère morte, un père qui les a abandonnés, le tableau n’est pas joyeux mais quand il découvre que son frère est battu par son employeur, il a un coup de sang et l’assassine. Il enterre le cadavre et essaye de reprendre sa vie comme si de rien n’était. Mais Shuhei, interprété par Seto Koji que l’on retrouve une fois encore aux côtés de Yusuke, n’est pas capable d’oublier cet évènement.

C’est une histoire magnifique où l’on prend conscience des réelles capacités de Yusuke. Dans ce drame où l’humour est absent, où la dure réalité frappe deux jeunes qui n’avaient rien demandé, où les cœurs se serrent lorsque la fatalité s’abat, l’acteur donne libre court à son talent. Les âmes les plus sensibles auront à coup sûr versé quelques larmes. Mais durant cette scène finale, lorsque les larmes s’échappent des yeux de Yusuke et viennent s’effondrer sur son sourire triste et douloureux, qui pourrait bien vous en vouloir ? Laissez parler les mauvaises langues et admirez l’acteur.

0003_1280

Alors quoi de plus normal aujourd’hui que de le retrouver en tête d’affiche de « öran Kôkô Host Club », dans le rôle du prince Tamaki Suo ? Qui d’autre aurait su donner toute son envergure au Baron du lycée Cerisier et Orchidée ? Qui pour faire hurler les filles sans tuer la réalité tragique de ce héros aux allures royales ? Non, personne ne pouvait évincer Yusuke Yamamoto. Il a su ces dernières années s’imposer comme un acteur en plus d’être mannequin, menant de front deux carrières.

Et quelles carrières ! Plus d’une quinzaine de dramas, quelques films dont l’adaptation du manga à succès d’Ai Yazawa, « Paradise Kiss », s’illustrant dans le rire comme dans les larmes, Yamamoto Yusuke, à seulement 23 ans, est déjà en mesure de se prévaloir d’une carrière qui pourrait susciter l’envie chez de nombreuses personnalités. Il est simplement devenu l’acteur incontournable, non pas pour son minois charmant qui lui vaut d’être mannequin, mais parce que son sérieux et son travail lui ont permis de nous offrir des prestations de toute beauté ! 

Oriane