That Winter, The Wind Blows

Dans ce monde, rien n’est tout blanc ou tout noir. Tout est en nuances de gris qui troublent la vue à qui cherche une réponse fiable… Alors comment savoir où l’on va, lorsqu’il est impossible de voir les ténèbres ou la lumière ? Venez découvrir ici l’histoire Oh Yeong, riche héritière aveugle qui fait face à toutes ces nuances de gris sans même les apercevoir.

user : 83

Des personnages

Tout commence dans une chambre d’hôpital. Alors que les médias se délectent de la fin de vie d’un grand PDG, ses proches se posent des questions sur ce qui doit être fait pour sauver la compagnie. Entre alors sa fille, unique héritière, aveugle, Oh Yeong. Interprétée par Son Hye Kyo, la jeune fille coupe court à toutes ces tergiversations. Elle rappelle que malgré sa condition, son père vit toujours et qu’il est un peu tôt pour l’enterrer.

user : 83

En parallèle, nous découvrons Oh Su. Il est quelqu’un de froid, jouant pour s’enrichir sans considération pour les êtres humains. Il joue avec les sentiments des femmes qui l’entourent. Il habite avec deux amis à lui dont un qui porte exactement le même nom que lui et qui s’avère être le frère de Oh Yeong.

user : 83

Un accident en route

Oh Yeong et son frère ont été séparés lors du divorce de leurs parents. Alors qu’elle vit dans le luxe, lui connait les difficultés de la vie. Un jour, celle-ci reçoit une lettre de ce frère disparu. S’opposant à sa belle-mère, Oh Yeong décide de partir à sa rencontre mais celui-ci meurt dans un accident avant même leur rencontre.

user : 83

Quant à Oh Su, celui-ci se fait duper par une femme qui lui fait porter le chapeau d’un vol de 70 millions de wons. Un an après, alors qu’il sort de prison, les hommes volés lui courent toujours après, n’hésitant pas à lui mener la vie dure (un coup de poignard en traitre est-ce suffisant pour vous ?).

user : 83

Enfin, le père d’Oh Yeong décède après de longs moments d’agonie et celle-ci prend la tête de l’entreprise familiale. Néanmoins, le futur s’annonce plus obscur que jamais pour elle.

user : 83

Une histoire qui commence

Alors qu’il est endetté, battu, blessé, Oh Su reçoit la visite de l’avocat de la famille d’Oh Yeong. Celui-ci le confond avec son ami décédé, ayant le même nom. Eh oui ! Il habite avec un mec, accessoirement un proche, qui a exactement le même patronyme que lui. Ils sont donc régulièrement confondus. Une fois n’est pas coutume, cela recommence encore !

user : 83

Désespéré de s’en sortir, il voit là une porte de sortie, un ultime secours. Il répond à cet avocat comme s’il était réellement son ami décédé, l’enfant perdu d’un père divorcé des années auparavant : il devient alors le fils perdu de cette grande famille.

user : 83

Mais pour réussir, pas question de laisser les choses au hasard. Faux papiers, renseignements, photos, analyses… Tout est bon pour que le coup soit parfaitement monté. Il n’est pas question de laisser échapper une telle somme d’argent.

user : 83

Soyons honnêtes, ça ne plait pas à tout le monde son retour… enfin son apparition, à ce cher voleur d’identité. La secrétaire du père… disons sa maitresse. Et vous voyez où je veux en venir ?

user : 83

Le point de rendez-vous des clichés du genre

Bien que le jeu des acteurs soit correct, pour une partie, et bon pour l’autre, c’est au scénario que je vais m’attaquer un peu. Loin de moi l’idée d’organiser une lapidation publique, alors rangez ces fourches et pas de chasse à la sorcière.

user : 83

Cependant, force est de faire ce constat un peu décevant : l’histoire est prévisible, et ce, très rapidement. L’utilisation d’un contexte aisé n’est pas chose rare dans un drama et cela rend l’exercice d’autant plus périlleux. Quand un contexte a été usé et abusé, le danger est de tomber dans le « déjà-vu ». Je trouve dommage que cette histoire, très prometteuse, s’y échoue si souvent.

winter

En effet, la jeune fille faible en détresse qui essaye d’avoir l’air forte ; la secrétaire, maitresse du grand patron qui cause un divorce ; l’homme séduisant outsider qui infiltre le milieu pour le piller de son trop plein d’argent… Tous ces facteurs ont été vus et revus à toutes les sauces. Même l’évolution de certaines relations ou la solidité d’autres n’est pas matière à surprises.

En résumé, le plus grand défaut de ce drama est de manquer d’étincelles, de vivacité, bref, de cet élément majeur qui crée la passion chez le spectateur… si l’on s’en cantonne au scénario strictement.

Le cast à la rescousse

Heureusement pour nous, pauvres mortels, un scénario sans ses acteurs ne serait finalement qu’un livre aux verbes austères et aux codes inconnus. Le jeu des acteurs rend l’histoire pour le coup bien plus intéressante ainsi que la mise en scène. Je m’explique.

user : 83

Les deux personnages principaux que sont l’héroïne aveugle et riche ainsi que le faux frère sont loin de correspondre aux standards du genre. Nous sommes bien loin du cliché pour le coup de la jeune fille élégante, revêtant les derniers vêtements à la mode, très maquillé, presque parfaite que nous sert généralement le genre.

user : 83

Par opposition, son alter égo n’est ni l’homme beau et invincible, ni le séducteur intouchable. Oh que non. Il se fait poignarder au tout début de la série, se fait passer à tabac… après avoir été envoyé en taule à cause des magouilles d’une conquête déçue, décidée à se venger.

Et c’est cela qui fait tout son intérêt. Malgré le faste d’une riche famille, on ne relève pas uniquement la garde robe parfaite d’une héroïne dont on ne compte plus les sacs à main. Bien que très fidèle à sa richesse apparente, ce monde est finalement très épuré, nous laissant nous concentrer sur l’essentiel : l’histoire et son interprétation.

user : 83

En marge de cela, nous allons retrouver des personnages secondaires très attachants. Le meilleur ami fidèle qui en fera craqué plus d’une avec son sourire charmeur, l’avocat présent depuis toujours… même la secrétaire est un personnage essentiel. Bon j’ai peut-être exagéré sur son côté cliché puisqu’elle n’a pas l’habit traditionnel qui fait baver les hommes… C’est juste son statut de marâtre autrefois secrétaire qui fait doucement rire quand on comprend les connexions entre les personnages

Donc ?

Au final, ce drama n’est pas si mal. Loin d’être un incontournable à mon avis, il se laisse gentiment regarder pour un moment agréable, avec son lot de rebondissements. En 16 épisodes, nous suivons des êtres humains à qui la chance n’a pas toujours souri, qui ne font pas toujours les bons choix mais qui finalement ne sont pas de mauvaises personnes. Un bon visionnage à vous !