Sistar

Hyorin, Bora, Soyu, Dasom, ces noms ne vous disent peut-être rien, et pourtant, ces quatre jeunes femmes forment l’un des groupes les plus en vogue du moment en Corée : SISTAR.

hyolin

En juin 2010, l’agence Starship Entertainment se lance dans la course aux idoles en lançant son propre girlband sur un marché musical déjà saturé en groupes féminins plus ou moins talentueux. C’est ainsi que débute SISTAR (contraction des mots “sister“ et “star“), groupe composé de quatre jeunes femmes âgées de 17 à 20 ans à l’époque : Hyorin (ancienne recrue de JYP Entertainment), Bora, Soyu et Dasom. Leur premier single, « Push Push », bien que produit par Brave Brothers (l’un des compositeurs les plus prisés du moment, qui continuera par la suite à composer les principaux hits de SISTAR), rencontre un succès modeste, en partie à cause de l’utilisation abusive d’auto-tune sur les voix des jeunes chanteuses. Il faudra attendre le second single du groupe, « Shady Girl », et son clip mettant en scène les membres du groupe avec Heechul des Super Junior, pour que SISTAR commence à se faire vraiment remarquer. Une chute de Bora lors de l’un des live fera d’ailleurs le tour du monde et sera même reprise pour les bêtisiers de fin d’année de M6 et d’autres chaînes de télévision françaises. Mais c’est leur troisième single, « How Dare You », et leurs performances vocales et physiques parfaites qui finissent par assurer à SISTAR une place de choix parmi le flot d’artistes ayant débuté en 2010. En effet, la chanson se place en tête des charts sur de nombreux sites de téléchargement et leur permet de remporter un prix lors de l’émission musicale hebdomadaire Music Bank. Elles repartiront également avec le prix du meilleur nouvel artiste lors de la prestigieuse cérémonie des Golden Disk Awards 2010, au cours de laquelle elles effectueront une reprise très réussie de « Ain’t No Other Man » de Christina Aguilera mettant en avant la voix exceptionnelle de Hyorin. C’est cette voix qui deviendra vite la marque de fabrique et l’atout principal de SISTAR. Fort de ce succès, Starship Entertainment décide, fin 2010, de créer un fanclub officiel pour son girlband et lance un sondage sur Internet pour permettre aux fans de choisir le nom de leur fanclub. Le résultat est annoncé quelques temps plus tard et les fans de SISTAR peuvent alors officiellement se donner le nom de STAR1 (à prononcer Style puisqu’on ne prononce pas le “r“ de Star en coréen et que le numéro 1 se dit “il“).

bora

En 2011, Starship Entertainment crée la surprise en annonçant la création d’une sous-unité de SISTAR, composée de la leader et rappeuse Bora et de la chanteuse principale, Hyorin (qui sont également les deux membres les plus populaires). Cette sous-unité porte le nom de SISTAR19, le 19 ne faisant pas référence à une quelconque interdiction envers les mineurs, mais symbolisant cet âge intermédiaire où les jeunes filles ne sont plus des enfants, et ne sont pas non plus encore vraiment adultes. Le duo débute en mai avec son single « Ma Boy » et la mélodie addictive, la voix de Hyorin et la chorégraphie sexy attirent vite l’attention du public. Bien qu’il ne remporte pas de prix lors des émissions musicales, le single est un succès et permet à Hyorin de montrer une nouvelle fois l’étendue de son talent. Elle est d’ailleurs repérée par les producteurs de l’émission Immortal Song 2 qui lui proposent de rejoindre le casting déjà impressionnant du show. Ainsi, Hyorin se retrouve en compétition avec certains des idoles reconnus comme possédant les plus belles voix de l’industrie musicale coréenne dont Yesung de Super Junior, Jonghyun de SHINee, Yoseob de BEAST, Changmin de 2AM et IU. La jeune femme surprendra une nouvelle fois tout le monde en effectuant une performance époustouflante qui lui vaudra de remporter la première place lors du tout premier épisode de l’émission. Alors que les autres membres du casting ne cessent de changer, Hyorin, elle, restera trois mois dans Immortal Song 2 et remportera deux victoires, record égalé uniquement par Kang MinKyung du groupe Davichi. Les producteurs de l’émission la rappelleront après son départ pour qu’elle participe à l’épisode spécial consacré aux meilleurs candidats. Sa participation à Immortal Song 2 a valu à Hyorin d’être proclamée meilleure voix féminine parmi les idoles et de se voir octroyer le surnom de “Beyoncé coréenne“.

 dasom

En août 2011, SISTAR revient avec son tout premier album, So Cool et la chanson-titre est vite un succès. Avec cet album, les filles montrent un côté plus sexy, chic et mature et l’agence insistera d’ailleurs sur le fait que Soyu a perdu 8kg pour le comeback afin de coller à cette image plus sexy. « So Cool » se place directement en tête des charts et permet au groupe de remporter un mutizen lors de l’émission musicale Inkigayo, en battant entre autres INFINITE, Davichi et G.NA. Elles décrocheront également deux Digital Bongsang lors des cérémonies de récompense de fin d’année.

soyu

Fin 2011, on apprend que Bora fera partie du casting de l’émission Invincible Youth 2 aux côtés de Hyoyeon et Sunny (Girls’ Generation), Suzy (Miss A), Woori (Rainbow), JiYoung (Kara), Amber (f(x)) et Hyewon (Jewelry). Hyorin quant à elle est choisie pour interpréter l’un des rôles principaux de la seconde saison du drama « Dream High » avec, entre autres, Jinwoon (2AM), Jiyeon (T-ara) et l’actrice Kang Sora. Hyorin prêtera également sa voix à Electroboyz pour le titre « Ma Boy 2 » et, pour fêter Noël, SISTAR participera à la chanson « Pink Romance » avec les autres membres de l’agence Starship Entertainment : Boyfriend et K.Will, sous le nom de Starship Planet.

band5

En à peine un an, SISTAR a donc clairement su se démarquer de l’océan d’idoles déferlant sur la scène musicale coréenne et se faire un nom grâce au talent de ses membres. Celles que l’on surnomme aujourd’hui les reines du MR Removed (en référence aux vidéos live sur lesquelles on retire toute la musique et le background vocal pour ne garder que les voix live des artistes) ne cessent de nous surprendre à chaque comeback : tout laisse à penser que ce n’est que le début et que les quatre jeunes femmes n’ont décidément pas fini de nous éblouir.