miwa

En ces jours ensoleillés ou pas (c’est selon votre région géographique ) et pour le premier numéro d’Asian Wave, j’aimerais vous faire connaître une artiste qui apportera un peu de fraîcheur et de gaieté en cette rentrée que tout le monde redoute : j’ai nommé miwa !

 

Qui es-tu ?

miwa est une jeune femme âgée de 21 ans. Née le 15 juin 1990 à Hayama dans la préfecture de Kanagawa, elle vit actuellement au Japon.

Elle mesure 1 m 49, joue principalement de la guitare mais aussi du piano depuis l’âge de 15 ans et chante.

Malgré son jeune âge, miwa n’en est pas à son coup d’essai : après quelques temps passés à jouer dans les rues pour se faire une petite expérience, elle sort deux singles en indies : Song for you / TODAY et Soba ni Itai Kara. Miwa n’a alors que 18 ans !!!

En 2010, elle signe chez Sony et sort la même année les singles « Don’t cry anymore », « Little girl » et « Change » qui sera le 12e opening de Bleach : cette chanson lui permet d’être découverte par le public nippon et français par la même occasion.

Son album sort le 30 mars 2011 et s’intitule tout simplement : « Guitarissimo ». Il arrive directement à la première place de l’Oricon hebdomadaire faisant ainsi de miwa, la première artiste auteur-compositeur féminine à atteindre ce rang pour un premier album sur les dix dernières années.

(Åd)miwa_1109_main

Une artiste sortie du même moule………. ??

 

Sony comme toutes les grosses boites a une maniere simple de travailler : lorsqu’ils trouvent un filon, ils l’exploitent à fond. Ainsi miwa m’a fait penser à ces chanteuses solo guitaristes qu’étaient Yui ou encore Shion Tsuji. Si la première s’est fait connaître grâce à « Rolling Star », Shion Tsuji est passée pour le moins inaperçue dans nos contrées malgré son interprétation de l’ending de Bleach « Sky Chord ». La barre était donc portée assez haut pour Miwa qui devait succéder à ces deux artistes aux grains de voix différents de la sienne.

Quant à la promo de miwa, il suffit juste de faire confiance à Sony : sortez un titre accrocheur au refrain ultra-simpliste, un deuxième un peu plus pop-rock et un troisième qui sera un opening d’un célèbre animé suivi par des millions de fans et le tour est joué !!!

Vous l’aurez compris, Sony démarche constamment de la même manière ces artistes aux visages d’ange auprès du grand public avec ces mêmes points communs : belle chanteuse, guitare à la main, interprétant un générique de Bleach…

Avec une guitare sur sa pochette d’album ou dans ses photos de promotion, miwa donne un arrière-goût de déjà-vu et sa jeune expérience n’aide pas l’artiste à être crédible auprès du public.

Déjà-vu, ça c’est fait mais est-ce que miwa, c’est aussi du « déjà entendu ? »

Sans titre-1

mais qui cherche sa propre voie !!

 

Avec son jeune âge et l’ombre de ses prédécesseurs, miwa me donnait la sale impression d’être le produit d’un recyclage maintes et maintes fois opéré et sans personnalité propre. C’est donc avec un sentiment un peu péjoratif que je suis parti à la découverte de son album « Guitarissimo ».

Malgré cela, je me suis juré d’écouter tout l’album et de n’y porter un jugement qu’après l’avoir écouté entièrement.

 

La première piste de l’album m’a tout simplement… déçu. « Arienaï » commence avec des sons de guitares saturés, un rythme pas cohérent et des « yeah yeah » placés au milieu de la musique qui donnent au tout une chanson fouillis. On sent le « déjà entendu » : ça s’écoute, c’est sûr mais sans plus.

Ainsi que « Little girl » qui, si je devais la comparer à une autre, me ferait indéniablement penser à un titre d’Avril Lavigne. Malgré l’effort fourni par miwa durant la chanson pour revenir sur quelque chose qui se rapproche plus de son style musical, le début est juste une catastrophe. Quant à « Change », le 12e opening de l’animé Bleach : elle me fait légèrement penser à « Arienaï » dans les riffs de guitares bien gras et le rythme des paroles à « Rolling Star » de Yui. En comparant les deux morceaux de l’animé, on devine que Sony ne s’est pas trop foulé pour nous pondre cette chanson.

On sent bien que miwa n’est pas très à l’aise dans l’exercice de ces morceaux qui mélangent souvent pop-rock et riffs rapides, comme si ces titres lui avaient été imposés.

 

Heureusement miwa se rattrape largement sur d’autres thèmes comme « Don’t cry anymore » qui est d’ailleurs la mélodie qui a lancé sa carrière. Après un premier titre décevant, cette chanson (qui se situe à la deuxième place de l’album) m’a agréablement surpris. La ligne de basse est très bonne (je suis bassiste donc j’ai kiffé), le rythme est doux sur les couplets et pêchu sur le refrain qui d’ailleurs reste en tête.

Et dans l’exercice des chansons douces et ballades musicales, miwa n’est pas en reste : les morceaux « Dear days », « Tsuyoku Naritaï » ou encore « Megurogawa » sont les preuves que Miwa excelle dans ce répertoire-là.

« Dear days » : un piano-guitare-chant dont le rythme est doux et entraînant à la fois, « Tsuyoku Naritaï » : ballade simple qui fait penser à un air qu’on chantonnerait autour d’un feu de camp et « Megurogawa » : un piano-chant accompagné d’instruments à cordes qui fait découvrir une miwa à la voix grave et mature. Tout à fait à l’inverse de « Hatsu Natsu » qui donne à miwa une voix plus aiguë, limite juvénile…

 

« Guitarissimo » reste un album très plaisant à écouter et loin de moi l’idée de critiquer la façon de jouer ou de chanter de miwa, mais cette artiste a besoin de rester dans ce qu’elle sait faire de mieux : des chansons posées, travaillées et bien orchestrées.

Dans ce premier album, la chanteuse s’essaye à différents types musicaux et on sent bien qu’elle semble encore indécise sur son style, comme si elle se cherchait encore, musicalement.

À mes yeux, elle n’a pas besoin de tester des répertoires de musiques qu’elle ne maîtrise pas ou peu. Il faut savoir rester tel que l’on est et je ne me lasse pas d’écouter miwa sur des ballades ou des rythmes plus entraînants. C’est vraiment ce qui lui va le mieux…

img99570r

Et après ?!

 

Miwa a vendu 60 000 exemplaires de son album. Il est disponible sous deux formats : CD et CD+DVD en édition limitée. Ce dernier contient un DVD regroupant des prestations en live, un booklet de 28 pages ainsi qu’un ticket pour sa tournée de 2011.

Tournée qui s’est intitulée tout simplement : miwa live tour 2011 « Guitarissimo ».

En juin 2011, elle a annoncé la sortie de son sixième single, « 441 », une reprise de ses chansons indies, dont la « B-side Chasing hearts » qui sert de thème au film d’animation Full Metal Alchemist Brotherhood : Milos no Sei-Naru Hoshi. Elle a sorti le 21 septembre dernier, son 7e single intitulé  « Friday-Ma-Magic ». Il sera le thème d’un drama : Ouran High School Host Club.

 

Elle participera à de nombreux live tels que les Music Fair 21, Bokura no Ongaku ou encore les Live Aid in Tokyo et je vous invite à les visionner. Miwa se montre parfois timide avec ses petits coups d’œil vers son manche de guitare mais la magie prend et on est séduit par ses mélodies.

 

Miwa reste avant tout une jeune femme avec beaucoup de talent, une chanteuse à suivre de très près donc !

 

Poky.