[Interview Exclusive] Sakurada Dori

Pouvez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs français?

Bonjour tout le monde! Je suis Sakurada Dori! J’ai déjà eu la chance d’apparaitre dans le tome 2 d’Asian Wave, pour un court message lors du Amuse Super Handsome Live 2011. Je ne suis encore jamais allé en France mais je suis très heureux d’avoir cette opportunité de me présenter au public français! J’espère que ça permettra à certains d’entre vous de découvrir mon travail!

DSC_2937resixed

Pourquoi avoir choisi cette carrière de « talento »?

Il y a longtemps, avant de rejoindre une quelconque agence, je faisais déjà de la danse. Vers l’âge de 10 ans, alors que j’étais encore en primaire, j’admirais beaucoup le groupe de danse PaniCrew (NA : groupe de danse appartenant à la Amuse, dont le leader est Ueki Go). Je rêvais de pouvoir apprendre et travailler avec eux, mais je n’avais pas vraiment envisagé de me lancer réellement dans ce genre de carrière ou de rejoindre une agence d’entertainment! Et puis j’ai eu la chance d’être recruté par la Amuse et de me voir très vite donner le premier rôle de la comédie musicale de « Prince du Tennis », alors que j’étais encore au collège. C’est seulement à ce moment-là que j’ai pris conscience que oui, c’était ce travail-là et cette carrière-là qui m’intéressaient! En fait, si la Amuse ne m’avait pas recruté, je pense que de moi-même, je ne me serais jamais engagé sur cette voie, et que tout serait différent!! Avec le recul, je suis vraiment heureux et reconnaissant que les choses se soient déroulées comme ça!

DSC_2912resized

Comparée à d’autres agences d’entertainment japonaises, en quoi la Amuse est-elle spéciale? En quoi par exemple un projet “Amuse” comme « FROGS » ou « Black & White » est-il différent d’un projet autre comme « Prince du Tennis »?

Dans la Amuse, on se connait tous. Un projet Amuse a cette particularité qu’à aucun moment je n’ai de raisons de me sentir gêné ou embarrassé. Même si je n’arrive pas à quelque chose pendant les répétitions, je connais tous ceux qui m’entourent et je sais que chacun fait de son mieux et que personne ne se moquera de moi. Au contraire, c’est comme dans une grande famille, il y aura toujours quelqu’un pour venir m’aider, me soutenir ou me conseiller. Nous gardons tous à l’esprit que le plus important, c’est que le public qui va se déplacer pour nous voir ressorte heureux d’être venu, et la Amuse m’offre cette possibilité de n’avoir à m’inquiéter de rien d’autre que de faire de mon mieux pour parvenir à ce résultat. L’autre point qui fait d’un projet Amuse un projet particulier, c’est que la fin d’un spectacle n’est pas un au revoir! Pendant un show, on s’attache aux gens avec lesquels on travaille, et c’est agréable de savoir que lorsqu’il s’agit d’autres artistes de la Amuse, je peux les voir encore demain si je le veux, et j’ai de grandes chances de retravailler avec eux dans le futur. J’aime énormément cet aspect “team”, presque “famille” de mon agence. C’est chaleureux, et je pense que les fans dans la salle le sentent aussi!

DSC_2892resized

Vous avez exploré plein de différents domaines de l’entertainment, des films aux comédies musicales, en passant par le théâtre, les dramas… Parmi tous ces domaines, y’en a-t-il un qui vous plaise particulièrement?

C’est difficile de n’en citer qu’un, parce qu’ils sont tous différents! Par exemple quand je joue dans un drama, j’ai toujours cette idée que les gens qui le verront ne me connaissent pas forcement, et que telle ou telle scène sera peut-être la première image qu’ils auront de moi. Dans une pièce en revanche, le public s’est déplacé pour me voir, et le sentiment que cela procure est différent. En plus, je peux le voir réagir directement à ce que je fais et m’adapter à ce que la salle me renvoie. Dans les deux cas bien sur, ça me donne envie de faire de mon mieux pour plaire et satisfaire, mais en tant qu’acteur, je ne le vis pas de la même manière, et je ne suis pas sûr de pouvoir dire que je préfère ceci ou cela!

DSC_2871resized

Jusqu’à présent, de tous les projets auxquels vous avez participé, y a-t-il un de vos rôles qui vous soit resté particulièrement cher?

Là non plus je ne suis pas vraiment sûr de pouvoir faire un choix. Mais je sais qu’il y a certains de mes rôles qui ont une valeur symbolique importante pour moi. Par exemple, le personnage de Kakeru dans « FROGS » est un personnage qui m’est cher, parce qu’il ressemble à celui que j’étais à l’époque. En 2007, lors du premier spectacle de « FROGS », mon personnage et moi-même nous posions plus ou moins les mêmes questions et nous trouvions confrontés aux mêmes obstacles. Comme Kakeru, je me sentais hésitant quant à ma vie future, je n’étais pas sûr de moi, je trouvais que les autres étaient tous meilleurs que moi… À cette époque, à mesure que mon personnage guérissait de ses doutes sur scène, je me sentais moi aussi plus fort. Les amis qu’il rencontrait dans la forêt, moi je les rencontrais en coulisses, et maintenant, que je me souviens de cette période, je pense que « FROGS » m’a aidé à devenir celui que je suis. Après ce rôle-là, il y en a d’autres qui m’ont marqué aussi, comme celui de Shiro dans « Black & White » ou bien mon rôle dans « Kamen Rider »… Certains m’ont marqué parce que je les sentais proches de moi, d’autres au contraire parce qu’ils me confrontaient au challenge de sortir de moi pour endosser la peau d’un complet étranger. J’aime comment chaque rôle me transforme, et comment le “Dori d’avant” un rôle et le “Dori d’après” a évolué et est devenu différent. Donc même s’il y a effectivement des rôles qui m’ont plus marqué que d’autres, ils sont tous importants dans la construction de qui je suis aujourd’hui : il suffit d’en supprimer un seul pour que je ne sois pas le même!

DSC_2935risixed

En tant qu’acteur, comment vous préparez-vous pour vos nouveaux rôles?

Je trouve que la phase de préparation est très difficile! D’abord il faut appréhender son personnage, et comprendre ce que le metteur en scène ou le réalisateur en attend. Ce qui est particulièrement difficile, c’est de se mettre dans la peau de quelqu’un qui est supposé avoir vécu des expériences que l’on n’a jamais vécu soi-même! Ce personnage, ce n’est pas moi, ce n’est pas Sakurada Dori, sa personnalité s’est construite différemment de la mienne. J’essaie de cerner mon rôle de tous les moyens possibles. Par chance, avec internet, on a accès à des milliers de données qui peuvent nous aider, de Youtube à Wikipedia! Lorsque j’ai repris le rôle d’Echizen Ryoma par exemple, j’ai bien sûr lu tous les mangas de « Prince du Tennis » et regardé les DVD des précédentes comédies musicales, mais j’ai aussi lu des articles sur le monde du tennis, et regardé de vrais matchs à la télévision. Pour le rôle du chat dans « Pinocchio », j’ai commencé par lire l’œuvre originale, mais comme le chat n’a pas vraiment la même importance dans l’histoire de Collodi, j’ai regardé sur Youtube des vidéos de vrais chats et j’ai essayé de m’imprégner du caractère “jaloux” de mon personnage… Bien sûr, ça, ce n’est que la première phase du travail de préparation, et après il faut “s’approprier” tous les éléments qu’on a rassemblé!

DSC_2895rised

Hier (NA : 5 avril 2012), a débuté la diffusion de Gochidan Reshipi, une courte émission de cuisine que vous animez avec Uehara Takuya, Yanagisawa Takahiro, Matsushima Shota et Totani Kimito. Pouvez-vous nous présenter ce programme? A-t-il un rapport avec votre drama culinaire « Shirayuri Kyoudai » tourné il y a quelques années?

Gochidan Reshipi est un court programme de 5 minutes à peine, sponsorisé par la marque japonaise Glico. À chaque épisode, l’un de nous 5 présente un plat en temps réel qui répond aux critères suivants : il doit être bon et très facile à réaliser! Le but est de fournir des recettes rapides et accessibles à tous, qui évitent l’achat d’un bento tout fait ou de cup ramen! *rires* Je ne suis pas un grand cuisinier dans la vie de tous les jours, mais ces plats sont vraiment réalisables pour des cuisiniers débutants! Et en plus ils sont délicieux et ne reviennent pas cher du tout!!

Quant à « Shirayuri Kyoudai », non, à part le thème principal de la cuisine et la présence de Uehara Takuya, il n’y a pas de réel rapport entre cette nouvelle émission et le drama!

DSC_2931resized

Un petit message de fin pour le public français?

Merci d’avoir lu jusqu’ici, j’espère que vous avez appris des choses sur moi, que vous me connaissiez déjà avant ou pas. Je n’ai pas encore eu l’occasion d’aller en France et j’ai conscience que la langue est une barrière entre nous, parce que je ne parle pas un mot de français, mais je suis vraiment heureux de faire un métier qui me permet de rencontrer des gens de tous les pays comme aujourd’hui! Quand des fans hors du Japon me laissent des messages sur mon blog ou me font parvenir des lettres lors des events auxquels je participe, ça me rend vraiment heureux, je les garde comme des trésors! J’espère vraiment pouvoir venir en France un jour pour vous rencontrer et vous exprimer à quel point le fait que des gens me connaissent et suivent mon travail de si loin est une force et un moteur pour moi, dans ma carrière de tous les jours! Merci du fond du cœur!!

Wave Team