[Interview Exclusive] Katsuhiro Suzuki

Avec sa voix grave et son petit visage tout fin, le nouveau RedBuster est un jeune homme charmant et sympathique qui s’est prêté avec beaucoup de grâce à nos questions… Nous vous invitons à le (re)découvrir avec nous dans cette interview.

Pouvez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs?

Bonjour! Je m’appelle Suzuki Katsuhiro et j’ai 19 ans! Je suis né à Enoshima dans la préfecture de Kanagawa. C’est une ville qui est proche de la mer et depuis toujours, j’adore la mer! Maintenant je suis en 1ère année à l’Université alors je n’ai plus forcement le temps, mais jusqu’à l’année dernière, dès que j’avais un peu de temps libre, vous pouviez être sûrs de me voir aller à la mer! Je sais que c’est un peu bizarre comme présentation mais… cet amour de la mer me définit vraiment je pense!! *rires*

Je ne suis jamais allé en France ou même en Europe, mais j’aimerais vraiment pouvoir y aller un jour!

457759_251707118252874_1116861553_o

Pourquoi vous être orienté vers la carrière qui vous occupe actuellement?

En fait je n’avais au départ pas particulièrement réfléchi à ce travail. Un jour, pendant que ma mère et ma sœur m’aidaient à rédiger mon CV, je me suis rendu compte que je n’avais jamais rien fait de « particulier », que je ne semblais pas avoir de passion ou de hobby spécial… Alors je me suis demandé à moi-même : « Qu’est-ce-que tu veux faire? Qu’est-ce-qui t’intéresse? ». Et puis en cherchant les réponses à ces questions, je me suis souvenu qu’enfant, j’adorais la télé : des dramas aux programmes de variété, je regardais tout ce qui me tombait sous les yeux. Je me suis dit que ça m’intéresserait de travailler dans « l’envers du décor », de l’autre côté du petit écran… À l’époque, je ne pensais pas du tout à la carrière d’acteur, mais plutôt au travail des scénaristes, des cameramen, des producteurs… Mais comme je n’y avais jamais réfléchi avant, je n’avais évidemment aucune formation dans ces domaines! Je me suis donc présenté au Junon Superboy Contest en 2009 un peu dans cette optique de « ça passe ou ça casse, si ça passe, c’est que ça devait arriver, si ça casse, je me remettrais à réfléchir à autre chose ». Et finalement, le Grand Prix m’a ouvert des portes que je ne soupçonnais même pas, et je suis bien content d’avoir décidé d’essayer!

Quand vous étiez enfant, les sentai faisaient-ils partie des émissions que vous regardiez?

Bien sûr, je regardais tous les sentai et les « Kamen Riders » avec passion! Comme j’ai une grande sœur, je regardais aussi « Sailor Moon » avec elle! Elle me faisait rejouer les combats avec elle après chaque épisode! D’ailleurs si vous regardez bien mon nez, j’ai une cicatrice qu’elle m’a faite un jour en jouant avec son « bâton lunaire »… *rires*

Et je ne m’en souviens pas parce que j’étais vraiment petit, mais ma mère dit que j’étais un grand fan des « Power Rangers », la version américaine des shows japonais qu’elle me faisait regarder pour m’entrainer à entendre de l’anglais.

DSC_2640

Qu’est-ce-que ça vous fait maintenant de ne plus être l’enfant devant l’écran, mais le héros dans l’écran en endossant le rôle du Redbuster?

Evidemment, quand des enfants me reconnaissent et viennent m’appeler « grand-frère » ou me disent qu’ils trouvent mon personnage « trop classe », ça me fait très plaisir! Je me souviens comment je trouvais les héros de sentai « trop classes » quand j’étais petit et forcement, j’éprouve une certaine fierté à me dire que j’inspire ce même sentiment aux enfants maintenant! Mais en même temps, quand je regarde « Go-Busters », je ne me trouve pas du tout aussi classe que les héros de mon enfance… C’est sous doute parce que j’étais petit, mais les Rangers me paraissaient faire partie du monde des adultes, être des « vrais hommes » quelque part, et je n’ai pas l’impression d’incarner réellement ce genre de personnage… En regardant Hiromu sur l’écran, je me trouve l’air trop jeune, pas assez « héroïque » justement… Peut-être que c’est seulement mon regard qui a changé avec l’âge et que mon jeune public me voit différemment, mais je ne me sens pas toujours à la hauteur de ceux que j’admirais enfant!

Pour revenir un peu en arrière dans votre carrière, pouvez-vous nous parler de votre expérience du tournage de « Hanazakari no Kimitachi » en 2011?

Pendant ces trois mois de tournages, il s’est passé beaucoup de choses, et ça n’a pas toujours été drôle, mais au fond, je ne crois pas qu’il n’y ait jamais de « mauvaise expérience »… Toutes les expériences nous font grandir et évoluer! Le personnage de Noé que je joue est très différent de moi et j’avais beaucoup de mal à le cerner vraiment. En plus, le premier drama d’ « HanaKimi », celui de 2007, bénéficiait d’un casting très populaire et avait eu un énorme succès alors beaucoup de gens demandaient le pourquoi du comment de ce remake et les fans attendaient un peu la version 2011 au tournant… Sur le tournage, il y avait en permanence une énorme pression à cause de ça, parce que nous voulions tous créer quelque chose de vraiment bon qui « justifie » la décision du remake et qui ne déçoive pas les fans. Il fallait sans cesse essayer de trouver un équilibre entre fidélité à la première version et originalité de la nouvelle… C’était un challenge vraiment difficile! Mais avec le recul, je pense que j’ai beaucoup appris et que c’était une bonne expérience.

DSC_2635

En tant que fan de dramas, si vous pouviez choisir d’avoir participé à tel ou tel projet, qu’est-ce-que ce serait? Y a-t-il déjà un drama devant lequel vous vous soyez dit « Ah, j’aimerais jouer un rôle comme ca! »?

Humm… je pense que ce genre de sentiment change en fonction de ce que je regarde… Par exemple en ce moment, je viens tout juste d’intégrer l’Université, et donc je prends plaisir à regarder des dramas dont l’action se déroule à la fac. Récemment je viens de finir « Orange Days » (NA : drama de 2004 avec Shibasaki Kou, Tsumabuki Satoshi, Eita, Narimiya Hiroki…) et en tant qu’acteur, ce genre de love story basée sur un handicap (NA : l’héroïne est sourde et muette) me parait un défi vraiment intéressant à relever. J’aimerais un jour me frotter au challenge qui consiste à incarner un personnage souffrant d’un handicap, en étudiant les gestes et les attitudes de personnes réellement atteintes de ce handicap…

Y a-t-il au Japon des artistes, acteurs, chanteurs ou autre, que vous admirez particulièrement, ou qui vous inspire dans votre travail?

En tant qu’acteur, il y a évidemment plein de sempai dont j’admire le travail, mais en ce moment, si vous me demandez qui m’inspire, j’aurais tendance à vous citer un groupe de musique! Je ne suis pas sur qu’ils soient très connus en France, mais il s’agit du groupe RIZE. Leur musique me touche beaucoup, et quand je les écoute, je me sens plein d’énergie pour avancer dans ma vie de tous les jours! *rires*

DSC_2633

Puisque vous parlez de musique, avez-vous l’intention un jour d’élargir votre carrière à la chanson?

Moi? *rigole tout seul*

Honnêtement, j’adore écouter de la musique, mais écouter ma propre voix chanter, c’est autre chose! Comme l’ont fait les acteurs de toutes les séries de sentai avant moi, j’ai récemment enregistré une chanson pour le CD des « Character Song » de Tokumei Sentai Go-Busters… et non, l’entertainment me réserve peut-être encore des surprises, mais la carrière musicale, je ne pense pas franchement que ce soit ma voie!! *rires*

Depuis le début de votre carrière, votre popularité va croissante. Qu’est-ce-que ça a changé dans votre vie de tous les jours? Y a-t-il des choses qui vous soient devenues impossibles?

Le vrai changement, c’est depuis le début de « Go-Busters », parce qu’il y a beaucoup d’enfants qui me reconnaissant dans la rue, mais ce n’est pas moi, Suzuki Katsuhiro qu’ils voient, c’est Hiromu, le RedBuster. Pour eux, je suis un héros dans ma vie de tous les jours, je défends la planète dès que je sors de chez moi. Avant je me contentais de ne rien faire de mal dans la rue, mais maintenant, avec tous ces regards d’enfants qui attendent de moi que j’agisse en héros, parfois je me sens surveillé, observé. Il ne suffit plus de « ne pas faire mal », il faut « faire bien », et si une vieille dame est en difficulté près de moi pour porter ses courses par exemple, je sens les regards confiants des enfants qui disent « Hiromu est là, il va l’aider! » et les regards de leurs parents qui renchérissent « Si tu ne fais rien, mon fils ne fera plus confiance au RedBusters de sa télévision! »… Alors je vais aider la grand-mère… C’est le prix à payer d’avoir un public jeune qui ne fait pas la différence entre l’acteur et son personnage!! *rires*

DSC_2632

Avez-vous de nouveaux projets pour prendre la suite de « Go-Busters »?

Le tournage de « Go-Buster » continue pour environ un an encore et ne me laisse pas vraiment le temps de penser à autre chose… Mais après « Go-Busters », bien sûr, il y a beaucoup de choses que je voudrais pouvoir faire!

Et puis je suis dans une bonne Université (NA : il suit ses cours à Keio, rien que ça!!) et ce serait vraiment dommage de ne pas en sortir avec un diplôme alors je veux aussi ménager du temps pour mes études!

Pour finir, un petit message pour le public français?

Merci à tous d’avoir lu cette interview jusqu’au bout! Je suis un peu ému de savoir qu’il y a des gens qui s’intéressent à ma carrière d’aussi loin que la France et je vais tout faire pour ne pas vous décevoir et devenir meilleur à chaque nouveau rôle!