[Interview Exclusive] Hemenway

Pour commencer, une petite présentation de chaque membre pour le public français ?

I : Je suis le chanteur d’Hemenway, je m’appelle Isaac.

C : Bonjour!* Je m’appelle Charm. Je suis le guitariste.

O : Je suis le bassiste, Ogaching. Bonjour! Du café? Du chocolat?*

T : Je suis Toshi, le batteur. Comment allez-vous?*

Hemenway By My Side KSCL1924-5_L

Pouvez-vous nous retracer un peu la genèse d’Hemenway?

I : Nous avons tous fréquenté à la même époque le Berklee College of Music de Boston aux Etats-Unis. Toshi et Charm partageaient la même chambre à l’internat. Moi je connaissais déjà Charm parce que nous venions tous les deux de Los Angeles où nos familles avaient immigré depuis la Corée quand nous étions plus jeunes. Par contre, même si nous étions à Berklee en même temps, je n’ai jamais rencontré Ogaching là-bas ! Mais lui fréquentait déjà Toshi. Ça parait un peu compliqué dit comme ça!! *rires*

Bref, après le diplôme, Charm et moi sommes rentrés à Los Angeles, et nous avons commencé à écrire et composer des chansons. Un jour, on a envoyé une démo au Japon, chez Sony Music et ils nous ont contactés pour nous proposer de venir à Tokyo !! Une fois là-bas, on a appelé Toshi et Charm qui avaient eux aussi quitté Berklee et étaient déjà au Japon, et c’est comme ça qu’Hemenway a été formé !

Hemenway Listen KSCL1900_L

Une seule démo?

C : Oui, une seule démo, à une seule compagnie ! Et on n’y croyait pas du tout parce que… tout de même, Sony, c’est Sony quoi !!

Pourtant on a reçu un mail de réponse à peine trois jours après avoir envoyé notre démo. Sur le coup, j’ai pensé que c’était une blague… ou une erreur. Le mail était en japonais et je ne lisais pas encore bien la langue alors je me disais « Non, tu dois mal comprendre ce qu’ils disent. » ! *rires*

Mais non, c’était vrai, et après ça, tout est arrivé tellement vite ! En quelques mois à peine, on débutait au Japon, sous le label Sony ! Je pense toujours aujourd’hui que ce qui nous est arrivé tient du miracle !

Hemenway EscapeKSCL2036_L

Deux Coréens qui font de la J-music, c’est plutôt rare à l’heure actuelle, au milieu de la vague K-pop. Isaac et Charm, qu’est-ce qui vous a poussé vers le Japon plutôt que vers la Corée ou les Etats-Unis?

I : Pour moi, je ne me suis jamais vraiment posé la question, ça a toujours été le Japon. Depuis petit, j’écoute de la J-music, et même lorsqu’on était encore à Los Angeles, nos premières chansons ont toujours été en japonais. Et puis je dois dire que je ne suis pas très fan de la K-pop qu’on entend actuellement. Comme le nom l’indique, c’est de la « pop », et personnellement, je me sens beaucoup plus proche du rock.

C : Oui, moi aussi, je suis plus attiré par le rock que la pop, et à ce titre, la part faite au rock dans le monde musical japonais est bien plus grande et bien plus reconnue que celle qu’on peut lui faire en Corée ! On nous demande parfois si on a l’intention un jour d’écrire des chansons en coréen. Honnêtement, je ne pense pas.

DSC_2796

Comment définiriez-vous le style musical d’Hemenway?

T : Comme vous l’avez compris, Hemenway se situe plutôt sur la scène « rock » de la production japonaise. Après, notre but est de suivre à la fois le courant dominant du J-rock actuel, de faire du « mainstream », mais aussi de parvenir à toujours y glisser un petit quelque chose qui nous soit particulier, qui fasse dire aux gens « Ah, tiens, c’est du Hemenway, ça ! ».

C : Nos refrains sont souvent accrocheurs, ils sont pensés pour être faciles à écouter et retenir, mais on essaie toujours dans chaque titre d’inclure des parties un peu plus « techniques ».

I : Après tout, on a fait 4 ans d’école de musique !! *rires*

C : On n’a sorti que trois singles pour le moment, donc c’est peut-être un peu tôt pour avoir déjà la prétention d’avoir fait le tour de notre « style », mais pour l’instant, notre philosophie, ce serait de faire du J-rock, qui s’intègre dans le mouvement J-rock tout en étant particulier à nous quand même !

O : Ça va les gars, elle ne va pas galérer du tout à traduire ça la demoiselle ! *rires*

DSC_1932

Vous avez tous les quatre des parcours très différents. Quelles sont les influences musicales de chacun d’entre vous?

I : Je suis un grand grand fan de L’Arc~en~Ciel. C’est par eux que je suis venu à la J-music, et même si à Berklee et après, j’ai élargi le panorama de ce que j’écoute à d’autres groupes japonais et à la musique américaine, L’Arc reste vraiment MA grande influence musicale. Récemment, nous avons eu la chance d’enregistrer pour l’album L’Arc~en~Ciel Tribute une chanson que j’adore [NA : Caress of Venus]. C’était comme un rêve, je pouvais à peine y croire ! [Toshi me souffle à l’oreille : « Il a pleuré après l’enregistrement ! »]

T : J’ai un passé musical un peu compliqué. J’ai commencé vers 5 ans avec le piano et tout ce qu’il y a de plus classique. Puis j’ai arrêté et je me suis découvert une passion pour le hard rock américain avec Guns N’Roses, Aerosmith, Led Zeppelin… Après ça, je me suis à nouveau tourné vers le classique et je suis allé dans une université de musique à Osaka où j’ai fait des percussions classiques pendant 4 ans. Puis, voulant toujours être batteur, je me suis tourné cette fois-ci vers le jazz, et c’est dans cette branche que j’ai suivi mes 4 années d’études à Berklee. À cette époque évidemment, j’écoutais surtout du jazz et pas mal de musiques afro-américaines comme le R’n’B ou la Soul… J’ai souvenir d’avoir fait des impros de jazz et de funk avec Charm ! Avec toutes ces différentes influences, en tant que batteur, passer du jazz au rock, ça n’a pas été facile, et j’ai mis un moment à vraiment m’adapter. Mais je pense aussi que ma formation un peu atypique pour un musicien de rock peut être une richesse pour Hemenway.

O : Pour moi, mes premières influences me sont venues de ce que mon père écoutait à la maison, et c’était principalement de la J-pop et du jazz. Je me souviens qu’il aimait particulièrement Miles Davis et Herbie Hancock. À l’époque du lycée, je me suis mis à écouter mes propres musiques, je me suis plus tourné vers le rock alternatif et surtout le grunge, avec des groupes comme Nirvana, The Smashing Pumpkins, Pearl Jam... Après le lycée, j’ai intégré une fac d’agriculture, mais je ne me sentais pas à ma place et c’est le moment où je me suis dit « Si tu veux vraiment devenir musicien, c’est maintenant ou jamais qu’il faut foncer ! ». C’est comme ça que je me suis retrouvé à Berklee à étudier le jazz avec Toshi, et plus tard ici, à Tokyo, avec Hemenway !

C : J’ai été très tôt plongé dans la J-music par mon grand frère qui me faisait écouter X-Japan quand j’étais en primaire. Je pense que c’est de là qu’est né mon désir de me lancer dans la guitare électrique. Plus tard, je me suis intéressé au rock puis au métal qu’on appelait « progressifs », avec des groupes comme Dream Theater. C’est avec eux que j’ai appris la plupart des techniques de guitares que j’utilise maintenant avec Hemenway. Ensuite je suis allé à Berklee et là-bas, j’écoutais un peu comme tout le monde du jazz et de la fusion, mais à cette époque honnêtement, j’étais surtout à fond dans Asian Kung Fu Generation. Sans savoir expliquer quoi exactement, il y a dans leur musique quelque chose que je ne retrouve pas ailleurs, et ça a grandement participé de ma volonté de faire carrière sur la scène musicale japonaise !

DSC_1775

Avez-vous, individuellement ou en tant que groupe, des artistes musicaux avec lesquels vous aimeriez un jour pouvoir travailler?

I : Ça me parait pour le moment de l’ordre du rêve, mais j’adorerais faire quelque chose sur scène avec Linkin Park !

T : Pour moi, c’est un rêve aussi mais qui va se réaliser sous peu, puisque lors de Japan Expo 2012 à Paris, nous allons faire lors d’un showcase une collaboration avec Naoki Urasawa, qui n’est pas seulement mangaka, mais aussi un très bon chanteur et guitariste. Je suis un grand fan de cet homme, et pouvoir le rencontrer et travailler avec lui, j’attends ça avec énormément d’impatience !

O : Moi, ce serait les Foo Fighters. Je trouve bien sûr que Dave Grohl est un chanteur génial, mais surtout, j’admire énormément leur batteur, Taylor Hawkins.

C : Si je pouvais choisir vraiment qui je voulais, je dirais hide, de X-Japan, parce que c’est sans doute celui qui a le plus influencé ma carrière. Bien sûr, c’est malheureusement impossible. Dans l’ordre du possible, j’adorerais me frotter à de grands guitaristes que j’admire comme « Tak » Matsumoto de B’z, John Petrucci des Dream Theater, Steve Vai ou Joe Satriani…

DSC_1311

Vous avez déjà à votre actif 2 tie-up pour deux animés très populaires [NA : Naruto Shippuden et Eureka 7 AO] Pourquoi ces tie-up ? Êtes-vous vous-mêmes des fans d’animes ?

C : Ça s’est passé très différemment pour les 2 en fait ! Pour Naruto, By my Side existait déjà et nous avons été contactés après coup par les producteurs qui souhaitaient l’utiliser comme ending. Pour Eureka 7 au contraire, on nous a demandé si nous étions partant pour créer une chanson pour l’anime. Les deux situations sont très différentes ! Sinon, bien sûr que nous aimons les animes !

Et puis faire des tie-up, c’est une opportunité dans une carrière, ça permet de toucher un public qui ne nous aurait peut-être pas connus sans ça. Naruto par exemple, même aux Etats-Unis c’est un phénomène !

Hemenway Escape main artist photo FA014502_L

Un petit message d’au revoir pour le public français et pour ceux de nos lecteurs qui viendront vous écouter à Japan Expo dans quelques semaines?

I : Nous sommes très heureux de pouvoir venir chanter pour vous à Paris ! C’est vraiment une opportunité dont on ne pensait pas qu’elle se présenterait si tôt dans notre carrière, et pour cette raison, on ne sait pas trop à quoi s’attendre. On espère que les gens viendront, soit pour nous, soit pour Naruto ou Eureka 7, ou soit tout simplement pour découvrir. On va évidemment faire de notre mieux pour que quelle que soit la raison qui vous amènera à nous écouter, vous repartiez en vous souvenant de notre nom ! À bientôt !!