Akino Arai

Beaucoup connaissent sa voix pure et cristalline, ses chansons poignantes et envolées sans forcément connaître son nom. Avec des participations sur des animes aussi populaires et connus que Chobits, Macross Plus et Les chroniques de la guerre de Lodoss, vous la connaissez forcément… Mais qui est réallement Arain Akino ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La timidité est un terme souvent employé pour parler d’Akino, et c’est certainement de ce fait qu’elle ne dévoile jamais ou que très rarement des informations qui la concernent directement, préférant mettre en avant son travail d’auteur/compositeur. Il est pourtant possible de retracer un portrait personnel en recoupant les diverses sources d’informations existantes.

3_b

Née le 21 août 1959 à Tokyo, la jeune Akino expérimente son premier contact musical avec un instrument au jardin d’enfants, et elle y apprend à jouer de l’orgue. Cela motivera ses parents à lui acheter par la suite un piano qui lui permettra de laisser libre cours à sa créativité et son talent. Elle qui a commencé à composer à un jeune âge affirme d’ailleurs qu’elle continue de créer avec son esprit d’enfant. Alors qu’elle explore les univers des artistes de la collection de vinyles de ses parents, elle sera également exposée par son frère au style rock de Led Zeppelin. Comme une orientation naturelle, elle décide d’entrer dans une école de musique tokyoïte et perfectionnera son approche musicale en plus de rencontrer de jeunes artistes qu’elle retrouvera au cours de sa carrière.

11_b

En 1986, Akino, alors âgée de 27 ans, signe son premier contrat de chanteuse professionnelle avec « Victor Ongaku Sangyo », qui n’est autre qu’une filiale de la puissante entreprise « JVC ». Cette opportunité, elle ne la doit pas au hasard et c’est son petit ami de l’époque, travaillant pour la même compagnie, qui facilitera son accession au statut de chanteuse. En juillet de cette même année, elle sort son premier single intitulé « Yakusoku » qui est la B.O de l’anime Windaria, chanson dont elle est seulement interprète. Elle démarre une carrière en parallèle d’animes, ce qui durera tout au long de son parcours professionnel. Le 21 août sort son deuxième single « Chizu wo yuku kumo » accompagné de son premier album intitulé Natsukashii Mirai.S’en suivront pour elle diverses productions et collaborations, pour des publicités ou en tant que parolière. C’est d’ailleurs à cette époque qu’elle retrouve de vieilles connaissances dans le groupe « Zabadak » pour qui elle écrit.

13_b

Le groupe comprend dans sa formation Ueno Yoko et Kira Tomohiko qui partageaient les mêmes bancs qu’elle à l’école de musique. Pour elle, cette période d’« ombre » durera pratiquement 5 ans !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En 1992, elle est contactée pour réaliser le générique de l’anime Les chroniques de la guerre de Lodoss, et c’est clairement ce qui mettra un coup d’accélérateur à sa carrière et signe son retour en solo après toutes ses collaborations. Intitulé « Kaze to Tori to Sora ~ reincarnation~ », ce single lui permet de se faire une place dans le microcosme des chanteuses d’animes. Elle rencontre Kanno Yoko, compositrice appréciée et très en vogue, qui sera une partenaire artistique pour Akino pendant plus de 5 ans. Cette même année, en 1992, elle sort le single « Kooru Suna » qui fait également office de B.O pour un anime. Un an plus tard, avec son nouveau binôme, elle signe plusieurs titres sur la bande originale de Please Save My Earth qui reste une référence. Ce single marque également sa première collaboration avec Mizoguchi Hajime, le compagnon de Yoko qui est un musicien et un compositeur de talent.

redplanet_tregran  blueplanet_tregran

Akino et Yoko, fortes du bilan de leur association passée, remettent le couvert en 1994 pour Macross Plus. Elles produisent dans ce cadre de grandes chansons qui restent des classiques pour les amateurs de musiques d’animes. Jusqu’en 1997, leur équipe étant toujours aussi fructueuse, elles sortent de nombreux titres. Cette même année, Yoko décide de s’associer à une jeune chanteuse, Sakamoto Maaya, ce sera la fin de leur équipe. Akino pourra voler de ses propres ailes, explorer son univers personnel et expérimenter divers chemins musicaux. Sora no Mori, c’est le titre de son deuxième album, qui, comme pour une date anniversaire sort le 21 août. Cet album est une compilation de ses meilleurs titres mais inclus aussi des compositions faites pour l’occasion.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Akino se lance également dans la radio et démarre son propre show « Viridian Hourse ». Dès l’année suivante, en 1998, elle renoue avec les génériques d’animes et signe les deux singles, « Hiru no Tsuki » et « Tsuki no Ie » pour Outlaw Star. La seule sortie d’Akino pour 1999 est intitulée « Kanaete » pour l’anime Karakurizoshi Ayatsuri Sakon et elle marque son entrée dans les charts, le single se classant 100ème pendant une semaine.

single_unknown_gggggg2

Nouvel opus en 2000, c’est l’album Furu Platinum qui sort dans les bacs, doux et intimiste, on y trouve des chansons qui indiquent une volonté d’innover et d’expérimenter. Cette formule fait mouche, il se place 32ème dans le Top Oricon et y reste classé pendant deux semaines. Toujours dans une optique de recherche musicale, elle sort en 2001 son album suivant Kouseki Radio qui est une incursion dans les terres électroniques. Elle dévoile dans la foulée un single qui est de nouveau attaché à un anime, « Hana no Katachi » pour l’ending de Chikyu Boei Kazoku.

wp_akino04

L’année 2002 est riche et fructueuse pour Akino, pas moins de deux singles et un album. Trois album en trois ans, il est clair qu’elle est inspirée et productive. On retiendra « PALME songs » pour le fabuleux Parumu no ki de Nakamura Takashi et « Kakusei Toshi » pour le célèbre Tokyo Underground, ce dernier se classant deux semaines dans l’Oricon et monte à la 51ème position. Son album, « RGB », est son sixième album studio ; c’est un « collection album » qui regroupe singles et extraits d’albums précédents, et des chansons inédites sont également présentes.

Deux ans d’une relative inactivité amènent Akino à finalement sortir un nouveau single le 4 août 2004. « Natsukashii Umi » est l’opening de la série anime de science fiction Kurau Phantom Memory.

wp_akino05

25 ans de carrière, c’est ce que fête Arai Akino en 2005 ! Tournée et album best-of sont au programme. Elle sera même amenée en 2006 à venir tourner en Europe, sa première performance sur le vieux continent. Une date en Allemagne et une en France lui permettront de faire connaissance avec un public différent du sien. Elle sort également le single « Kimi e Mukau Hikari » couplé avec « ZEGAPIN ».

 

Durant deux ans, elle enchaine les concerts. Le passage d’Akino en France a dû lui sembler positif puisqu’en 2009, elle décide de revenir dans l’hexagone pour y tenir deux concerts à « L’Européen » où elle interprète de nouvelles compositions. Ces titres sont inclus dans son nouvel album Sora no Sphere qui sort la même année. Akino confiera avoir laissé parler son imagination et sa créativité sur cet album, sans aucun cadre musical, elle veut faire ressentir de « l’énergie » aux auditeurs.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En 2011 et 2012, elle crée le groupe RuRu Chapeau et sort pas moins de trois albums. Vous pourrez retrouver cette expérience musicale sur le territoire français cette année ! En effet, Akino sera en concert le 28 février et le 1er mars à Paris, au « Pan Piper ». Pour ceux qui ne sont pas à la capitale, vous pourrez également la retrouver pour un concert et des dédicaces lors de la convention « Monaco Anime & Game Show » qui aura lieu les 3 et 4 mars à Monaco.