71 Into the fire

 

Lorsque la guerre envahit un pays, 71 élèves peuvent-ils sauver leur patrie ?

 71-into_the_fire_342603    

Titre Coréen :포화속으로

Titre français : Into the fire

Titre alternatif: Into the Gunfire

Date de sortie : 16 juin 2010
Réalisateur : John H. Lee
Acteurs principaux :Kwon Sang Woo (Ku Kap Jo), Cha Seung Won (Park Mu Rang), Choi SeungHyun (Oh Jung Bum), Kim Seung Woo (Kang Suk Dae)

Genres : Drame, Faits réels, Action, Guerre

71-into_the_fire_387855

Une histoire vraie.

 

La nuit du 24 au 25 juin 1950, les troupes nord-coréennes franchissent le 38e parallèle, la frontière qui sépare les deux Corées, déclarant ainsi la guerre. L’avancée des nordistes fut fracassante et la petite armée sud-coréenne ne put résister bien longtemps. Trois jours plus tard, Séoul était prise. La réaction de l’ONU ne se fit pas attendre et les armées américaines vinrent aider les sud-coréens à reprendre leur territoire. Mais la lutte longue et douloureuse ne se terminera que le 27 juillet 1953 par un armistice signé sur le 38e parallèle. Cette guerre aura coûté la vie à plus de 37500 onusiens, 70000 sud-coréens et plus de 2 millions de nord-coréens et chinois. Le traité de paix n’étant toujours pas signé depuis, cet événement reste gravé dans les mémoires laissant aussi transparaître l’inquiétude face à la situation actuelle entre la Corée du nord et la Corée du sud.

Des photos et des témoignages ont permis de retracer l’histoire de 71 soldats étudiants que nous suivons dans le dernier barrage contre le plus puissant bataillon de l’armée nord-coréenne. Pendant onze heures, ils ont lutté pour protéger leur patrie au prix de leur vie.

71-into_the_fire_395366

71 étudiants mandatés pour défendre leur pays.

 

C’est dans ce cadre apocalyptique que commence notre film. Les communistes marchent sur le pays en direction de Pusan afin de réunir les deux Corées sous le commandement de  Kim Il Sung. Alors que l’armée sud-coréenne perd peu à peu du terrain, nous suivons l’étudiant Oh Jung Bum dans une bataille qui coûtera la vie à beaucoup de soldats. Alors que lui-même s’en sort de justesse, il est pris sous l’aile du commandant Kang Suk Dae et est emmené dans le dernier rempart contre les ennemis, le lycée pour filles de Pohang. 70 autres étudiants y sont déjà présents. Chacun a son histoire : le jeune effrayé au moindre petit bruit, le petit frère qui veut prouver son courage à sa famille, le jeune anarchiste transferé de prison pour purger sa peine pour meurtre. Oh Jung Bum va se retrouver à la tête de cette équipe composée de personnes qui n’ont jamais tenu une arme de leur vie.

Le film retrace la vie de ces 71 adolescents au milieu du chaos. Il nous montre la peur, le courage, l’esprit d’équipe et les moments de doute de ces protagonistes.

71-into_the_fire_342601

Un film mené de mains de maître.

 

Le réalisateur John H.Lee (Lee Jae-Han de son vrai nom) a su être à la hauteur des exigences d’un tel sujet. Celui qui a aussi réalisé « A moment to remember », prouve de nouveau son talent en matière de drame. Les âmes sensibles peuvent donc sortir leur paquet de mouchoirs dès le début, il leur servira jusqu’à la fin.

Pour être réalisé, ce film a nécessité un investissement de 8 millions d’euros et on devine pourquoi lorsqu’on mesure la qualité des effets spéciaux. Nous avons donc droit à des scènes de combats de grande qualité qui n’ont rien à envier aux films hollywoodiens. De plus, John H. Lee a su s’entourer d’acteurs plus que doués. Le mélange entre les anciens, tel que Kim Seung Woo dont l’actif se compte à hauteur d’une bonne vingtaine de films et guère moins de drama (dont le fameux « IRIS ») et les jeunes sans expérience tel que Choi Seung Hyun (plus connu sous le nom de TOP) qui a néanmoins tout autant de talent que ses partenaires, ce mélange, donc, donne quelque chose de très intéressant à l’écran.

71-into_the_fire_343058

Les acteurs d’un peu plus près.

 

Le casting n’est pas des plus anodins. En effet, l’interprète du grand méchant nord-coréen, Park Mu Rang, n’est autre que Cha Seung Won. Cet homme de 41 ans n’en est pas à ses débuts. En effet, nous avons pu le voir dans « Eye for an Eye » ainsi que plus récemment dans le drama « Athena : Goddess of war » la suite de « IRIS ». À ses côtés, Kim Seung Woo troque son costume de nord-coréen dans « IRIS » pour celui du commandant sud-coréen Kang Suk Dae. Quant à l’un des plus jeunes acteurs, déjà rencontré dans des films qui datent un peu plus tel que My Tutor Friend et Almost Love, Kwon Song Woo nous montre de nouveau son talent pour jouer les rebelles dans la peau de Ku Kap Jo, le jeune homme condamné qui vient purger sa peine pour meurtre en se mêlant au groupe de lycéens. Et pour finir, celui dont la seule expérience cinématographique se limite à quelques apparitions dans « IRIS » pour le rôle de Vick le tueur sans émotion, un rôle aux côtés de SeungRi dans le film « Nineteen » et un rôle secondaire dans le drama « I am Sam », Choi Seung Hyun alias TOP, rappeur du groupe coréen que l’on ne présente plus : Big Bang. Le jeune homme a su prouver à tous qu’il était capable de beaucoup en tant qu’acteur en gagnant 5 awards pour ce rôle :

Korean Wave Popularity Award- 2010 (47th) Daejong Film Awards 

Best New Actor- 2010 (31th) Blue Dragon Film Awards 

Most Popular Stars- 2010 (31th) Blue Dragon Film Awards 

Best New Actor- 2011 (47th) PaekSang Arts Awards 

Most Popular Actor  2011 (47th) PaekSang Arts Awards 

 71-into_the_fire_387854

Un film à succès.

 

Comme on pouvait s’y attendre pour une histoire véridique retraçant un épisode marquant de la vie des Coréens, le film a connu un véritable succès. Il a fait plus de 3 millions d’entrées en Corée et est resté numéro 1 au box-office coréen pendant 4 semaines consécutives.

La chaîne française Canal + l’a licencié, diffusé le 26 janvier (en version française malheureusement) et nous a offert pour notre plus grand plaisir, le DVD sorti le 1er avril sous le nom de Into the fire.

Le film a aussi été présenté au 30th Hawaï International Film Festival en tant que film de clôture et au 5th The London Korean Film Festival.

 71-into_the_fire_387819

Mon avis.

 

Cette histoire est plus qu’émouvante. La vie de ces jeunes nous accroche le cœur et ne nous lâche plus pendant plusieurs jours. Les scènes de combat sont tellement bien réussies que l’on a l’impression d’y être. Les émotions sont plus que présentes, on passe du rire aux larmes sans s’en rendre vraiment compte. Certaines images sont choquantes et restent encore gravées très distinctement dans ma mémoire. C’est un film grandiose qui reste tout de même à déconseiller aux âmes sensibles.

71-into_the_fire_387816

D’autres histoires vraies.

 

Si ce film vous a plu, je vous conseille vivement de regarder « May 18 » avec Lee Jun Ki et Kim Sang Kyeong qui retrace l’histoire de l’insurrection de la ville de Gwangju contre la dictature de Chon Tu Hwan : une production émouvante et bien plus violente que « 71 Into the fire ». Je le déconseille vivement aux âmes sensibles car il faut bien s’accrocher à son ours en peluche pour arriver à tenir les deux heures de film avec une seule boîte de mouchoir.

Pour s’éloigner un peu de la guerre mais dans un contexte tout aussi violent, « The case of Itaewon Homicide » nous présente le meurtre d’un jeune homme dans les toilettes d’un fastfood, cette affaire n’a jamais été résolue. Nous pouvons voir à l’œuvre, le fameux Jang Geun Seok qui nous présente dans ce film un anglais plus que parfait. Beaucoup moins « trash » que les deux films précédents, il reste tout de même un peu sanglant.

 

Lulu